Evaluation des politiques publiques en matière d’accès à l’IVG

ParSarah EL HAÏRY

Evaluation des politiques publiques en matière d’accès à l’IVG

Lundi dernier, j’ai tenu à faire remonter les inquiétudes que j’ai pu recueillir sur l’IVG durant le confinement. L’interruption volontaire de grossesse est un droit, un droit des femmes et il ne peut être accompli seulement si les conditions nécessaires à son exercice sont réunies. Cette période particulière que nous venons de traverser a montré les défaillances de notre système actuel en termes d’accès à cet acte médical. Durant le confinement, il a été constaté un recul des IVG,  recul qualifié “d’inquiétant” par le ministre des Solidarités et de la Santé. C’est à partir de ce constat que j’ai souhaité interroger Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, sur l’impact du confinement sur l’accès à l’IVG : a-t-il mis en lumière des limites à notre système et les a-t-il accentués? Des améliorations sont-elles possibles pour y faciliter l’accès au quotidien ?

Ce sujet est important et il ne faudrait pas que des situations exceptionnelles comme celles que nous venons de vivre puissent être l’occasion de revenir sur les droits des femmes. Christelle Dubos a su apporter des réponses allant dans ce sens en assurant que les actions mises en place pendant le confinement telles que les téléconsultations, l’extension du délai de l’IVG médicamenteuse ou la qualification des IVG comme opérations non reportables seraient prolongées en cas de nécessité.

Retrouvez en vidéo ma question portant sur l’impact du coronavirus sur l’accès à l’IVG ci-après :

À propos de l’auteur

Sarah EL HAÏRY administrator

S. El Haïry sur le site de l'ANContactWebTVFacebookTwitter
%d blogueurs aiment cette page :