Archives de catégorie #Circonscription

ParSarah EL HAÏRY

Vol de moutons : interpellation du Procureur et de la Garde des Sceaux

Depuis le début du confinement, les éleveurs de moutons ont vu les vols à l’encontre de leurs cheptels se multiplier, atteignant en 15 jours les chiffres annuels. Le collectif des éleveurs du territoire s’est mobilisé pour contrer ces méfaits avec le soutien de la PSIG de Rezé. Cette dernière a multiplié les patrouilles à proximité des exploitations et a réussi à plusieurs reprises à intercepter des malfaiteurs.

Pourtant, sans une réponse adéquate de la justice , les vols ne cesseront pas. C’est pourquoi j’ai tenu à alerter le Procureur de la République ainsi que la Garde des Sceaux sur la nécessité d’apporter une réponse ferme à ce fléau. Chaque vol de bête représente une perte économique, mais aussi un préjudice génétique qui mérite réparation.

La réponse de la justice se doit d’être ferme. Récemment, une décision a été rendue ou le procureur réclamait une peine de 6 mois ferme. C’est une peine de 8 mois avec sursis qui a été prononcée, une peine pas assez dissuasive pour réguler et stopper durablement cet outrage fait à notre savoir-faire agricole.

À cette problématique s’ajoutent de potentielles difficultés administratives lors d’un contrôle sur la quantité du cheptel pour un contrôle PAC par exemple. Il peut-être difficile pour un éleveur de se rendre compte de la disparition d’une ou deux bêtes si son troupeau est constitué de plusieurs centaines de têtes. J’estime qu’il est légitime dans ces conditions qu’une attention bienveillante soit de mise lors de ces contrôles .

Enfin, il est impératif de mener en parallèle de ces mesures répressives, des mesures de prévention. Si certaines peuvent être mises en place par les éleveurs, il est nécessaire de les accompagner par le biais d’une campagne de prévention. D’autres solutions peuvent être envisagées comme une surveillance vidéo du troupeau, mais elle peut s’avérer rapidement onéreuse. C’est pour ces raisons que j’ai tenu à interpeller le ministre de l’Agriculture sur les potentielles aides financières qui pourraient être mobilisées pour soutenir nos éleveurs qui ne cessent de travailler pour assurer un approvisionnement constant de nos rayons en cette période de crise sanitaire.

ParSarah EL HAÏRY

Xenothera : une start-up nantaise va tester un traitement contre le Covid-19

La semaine dernière l’entreprise nantaise Xenothera a annoncé produire un lot de Xav-19 , un traitement contre le Covid-19. Ce dernier à base d’anticorps pourra faire l’objet d’un protocole de test dès juin. Travaillant sur le coronavirus depuis 2015, les collaborateurs de Xenothera ont multiplié les essais prometteurs en focalisant leurs recherches sur les anticorps. Ces derniers ont montré leur efficacité en tant que “protection”, lors d’une expérience contre Ebola. Ces anticorps “neutralisent” le virus avant que le processus inflammatoire s’enclenche et que le virus ne puisse se multiplier dans l’organisme. Ainsi, les anticorps du patient ne deviennent pas un facteur d’aggravation de l’état de santé.

Concrètement, ce traitement pourrait être prescrit à terme aux patients ayant une forme modérée de la maladie, avant que leur état s’aggrave et qu’ils ne soient admis en réanimation.

Pour financer son projet, le groupe Xenothera a lancé une collecte de don qui a déjà atteint les 110 000 euros de dons publics. Cet élan a convaincu d’autres financeurs tels que les Pays de la Loire qui ont annoncé une subvention de 200 000 euros ainsi que la BPI qui s’est également engagé à financer ce protocole.

Retrouvez l’intégralité de l’article ici 

ParSarah EL HAÏRY

Vol de moutons en circonscription

Depuis le début du confinement, les vols de moutons dans nos campagnes et particulièrement dans le pays d’Ancenis se sont multipliés. En effet en l’espace d’un mois, il a été recensé 150 moutons volés contre 250 en moyenne par an. Ce chiffre est élevé et le collectif “Eleveurs pillés” qui rassemble une quarantaine d’éleveurs est sur le qui-vive.

En effet, les éleveurs multiplient les rondes de nuit pour surveiller leurs troupeaux, accentuant la fatigue et l’anxiété. La gendarmerie est également mobilisée  et a réussi à plusieurs reprises à intercepter des vols. En parallèle de ces patrouilles, un fil de discussion sécurisé a été mis en place avec les éleveurs. Ce fil permet de renseigner ces derniers sur les vols de carburants ou de troupeau, mais aussi de faire remonter plus rapidement les preuves en cas de dégradation.

Ces multiples vols ont plusieurs conséquences. Ce sont tout d’abord des conséquences économiques, car chaque vol représente en moyenne un préjudice de 10 000 euros. Mais c’est également plusieurs années de travail, de passion qui s’envolent.

Retrouvez l’article publié dans Ouest France ici

ParSarah EL HAÏRY

Horticulture : Pour un traitement égalitaire entre les jardineries et les horticulteurs

Cette semaine, j’ai été interpellée par plusieurs horticulteurs  qui s’inquiétaient de la différence de traitement qui leur est imposée durant cette crise. Actuellement, seules les entreprises vendant de la nourriture pour animaux sont habilitées à ouvrir leurs magasins et ainsi écouler leurs plants et décorations. Mais cela exclut les horticulteurs qui pourtant ont les mêmes stocks de plants à écouler. Les décisions prises au jour le jour sont incompréhensibles pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, elles favorisent les grandes filiales au détriment des petites entreprises familiales comme il y en a beaucoup sur notre territoire. Les grandes filiales telles que Jardiland peuvent diversifier leurs rayons. Ensuite, les entreprises d’horticulture sont tout à fait capables de mettre en place les règles de sécurité sanitaire au même titre que les jardineries. Enfin, permettre aux horticulteurs d’ouvrir leurs magasins  et ne plus se contenter de “drive” permettra de faciliter l’accès aux clients à la production locale et favoriser ainsi nos petits producteurs et initier un nouveau mode de consommation.

Au vu des différents témoignages que j’ai recueillis, j’ai adressé un courrier au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Didier Guillaume, afin de l’alerter sur ces incohérences mettant un peu plus en danger la filière horticole en cette période de crise sanitaire.

Retrouvez ci-dessous une copie du courrier envoyé au ministre de l’Agriculture :

ParSarah EL HAÏRY

Covid-19 – Initiatives locales : notre territoire est solidaire!

La solidarité envers le personnel médical et les plus fragiles s’est naturellement développée depuis l’annonce du confinement. Les Français ont à coeur de donner de leur temps pour les autres . Sur la circonscription, les entreprises donnent l’exemple. À Mauves-sur-Loire, Nadine Gouello, gérante de l’entreprise “La nappe française” qui fabriquent en temps normal des articles de décoration en tissu s’est mise à fabriquer des masques pour ceux qui continuent de travailler. Ainsi ces masques en tissu sont une barrière pour le personnel non médical, mais qui est au contact du public tels que les livreurs, le personnel de la grande distribution ou les commerçants.

Pour lire l’article, cliquez ici

À Carquefou, le lycée Honoré d’Estienne d’Orves a fait don au personnel médical carquefolien du matériel dont il disposait. Grâce à ce don, ce sont 900 charlottes, 3 000 gants, 500 masques, 5 litres d’alcool à 95 °C et 53 paires de lunettes de protection en autre qui a été donné aux pharmacies et à l’Ehpad situé a proximité. En plus de ce matériel, l’ensemble des produits frais du self a été distribué à une association locale.

Pour lire l’article, cliquez ici

Autre geste de solidarité, l’usine Siemco spécialisée dans la fabrication de contenant en carton ondulé a puisé dans ces stocks pour offrir au personnel du CHU de Nantes 900 masques FFP2, 5 500 charlottes et 1 900 blouses.  Un geste solidaire décidé par l’ensemble du personnel motivé par l’envie de participer à leur échelle à la lutte contre le coronavirus.

Pour lire l’article, cliquez ici

Je tenais à saluer l’ensemble de ces initiatives, car c’est par ces gestes solidaires qu’ensemble nous sortirons de cette crise.

ParSarah EL HAÏRY

Visite des Chantiers SEE Merré à Nort-sur-Erdre

Vendredi, je me suis rendue aux chantiers navals SEE Merré à Nort-sur-Erdre. Récemment, cette entreprise a obtenu une très belle commande de la marine nationale, reconnaissance de la qualité des bateaux construits sur le site nortais. Seul chantier spécialisé dans le dragage et ses différentes variantes, ils réalisent des bateaux en acier et aluminium de 12 à 80 mètres, tout en contrôlant l’ensemble des processus de fabrication: de l’architecture au service après-vente en passant par la construction et l’armement. Fort de ce savoir-faire depuis près de 100 ans et accompagné par une équipe compétente et motivée, les commandes se multiplient, devenant ainsi l’un des leaders de la construction navale.

Les acteurs de la circonscription savent exploiter les richesses qu’offre notre territoire et elles sont multiples. C’est une fierté de posséder de telles compétences et qu’elles soient reconnues au niveau national.

En décembre dernier, les chantiers Merré ont remporté le marché de la Direction Générale de l’Armement (DGA) consistant à étudier, construire et mettre en service 8 Vedettes de Soutien à la Plongée (VSP) pour les plongeurs démineurs de Toulon, Brest et Cherbourg, ainsi que l’école de plongée de Saint Mandrier. La construction de la première vedette a commencé et elle sera livré l’année prochaine aux plongeurs de Toulon qui l’a testeront durant 3 mois.

Ces vedettes seront construites en aluminium et pourront atteindre la vitesses de 13 noeuds. Un moteur électrique leur permettra une navigation prolongée et discrète à de très faibles vitesses.

ParSarah EL HAÏRY

Salon International de l’Agriculture : La circonscription mise à l’honneur

Daisy du Douet, vache prim’holstein primé au concours général Agricole de l’exploitation GAEC du Douet de la Chapelle-sur-Erdre

Tout au long de la semaine dernière s’est déroulé le salon international de l’Agriculture. Plus grande ferme de France, elle recueille en un lieu l’ensemble des richesses du monde agricole français. À cette occasion, le salon a abrité le concours général agricole qui sélectionne et prime le meilleur de la génétique animale et des produits de notre terroir.

Cette année encore, la circonscription a été mise à l’honneur. En effet, plusieurs prix ont été remis aux éleveurs et exploitants de notre territoire: Daisy du Douet, vache prim’holstein d’une exploitation de La Chapelle-sur-Erdre, la brasserie du Bouffay, domiciliée à Carquefou, médaille d’argent pour sa bière à dominantes houblonnée, la Ferme Fruitière de la Hautière de La Chapelle-sur-Erdre, médaille d’Or et de Bronze pour ces jus de pommes et enfin les moutons vendéens de l’exploitation de Ligné, multirécompensé pour sa viande et la laine de ses bêtes.

Je tiens à féliciter les lauréats pour leurs prix et pour participer au rayonnement de notre terroir. Je les remercie pour leur engagement en faveur du respect des animaux, des matières premières et pour leur attention envers la qualité de leurs produits.

Ce souci de bien faire passionne et fascine toujours les Français qui sont attachés à la qualité des produits qu’ils consomment. Cette attention attire les plus jeunes d’entre nous sont de plus sen plus nombreux à vouloir s’engager dans la branche agricole et je ne peux qu’encourager cet engouement.

ParSarah EL HAÏRY

Hommage aux gendarmes morts pendant leur service

Gendarme adjointe volontaire Clémence Luchs, Maréchal des logis-cheffe Isabelle Jensen, Gendarme Benjamin Delhaye, Major Sébastien Berger, Major Christophe Pensec, Maréchal des logis-chef Sébastien Devaud. Ce sont les noms des 6 gendarmes morts en service durant l’année qui vient de s’écouler.

Le 17 février, nous leurs avons rendu hommage à la caserne Richemont de Nantes comme partout ailleurs sur le territoire. Ce moment de recueillement fut l’occasion de remercier pour leur dévouement ces hommes et ces femmes qui sont tombés en exercice . J’ai eu une pensée particulière pour le Maréchal des logis-chef Sébastien Devaud, membre du peloton de surveillance et d’intervention d’Ancenis Saint-Géréon. Décédé le 25 octobre dernier, il a été victime d’un malaise alors qu’il s’apprêtait à partir en intervention pour un trouble à l’ordre public. Ayant toujours fait preuve d’un haut sens du devoir et du respect des valeurs véhiculées par la gendarmerie, il a reçu le 30 octobre dernier à titre posthume, et au nom de la ministre des Armées, la médaille d’or de la Défense nationale avec palme de bronze.

Créée par Charles Hernu, ministre de la Défense du gouvernement Mauroy II , elle récompense les services particulièrement honorables des militaires pour leur implications dans les activités opérationnelles, de préparations opérationnelles ou lors d’interventions au profit des populations.

Mes pensées se tournent également vers la famille du Maréchal des logis-chef Devaud et vers ses coéquipiers du Psig qui ont perdu un mari, un père, un fils ou un coéquipier.

ParSarah EL HAÏRY

Commémoration du 77ème anniversaire du procès des “42” et des “16”

Samedi a eu lieu la commémoration du 77e anniversaire du procès des “42” et “16” au terrain du Bêle, à Nantes. Ce lieu, ancien site d’exécution nazi, accueille chaque année plusieurs cérémonies du souvenir. Durant l’été 1942, 140 résistants communistes sont arrêtés par les autorités. Le 15 février 1943, un tribunal militaire allemand juge une quarantaine d’entre eux pour “terrorisme”.

Ce procès est inéquitable puisqu’il se déroule entièrement en Allemand et les droits de la défense sont bafoués : les 45 accusés n’auront pas le temps de préparer leur argumentaire avant l’audience. Le 28 janvier suivant, le verdict tombe: 37 sont condamnés à mort, 3 sont condamnés à la perpétuité et 3 sont acquittés. Dès le lendemain, 9 accusés seront fusillés sur le terrain du Bêle, avant même qu’ils puissent tenter un recours.

Ce procès a été très suivi par la presse collaborationniste. L’objectif recherché était de soumettre la population par la peur. Mais c’est l’effet inverse qui s’est produit, si bien que le procès des “16” l’été qui suivi s’est déroulé dans la plus grande discrétion.

Suite à ce second procès, ce sont 15 membres de la Franc-tireurs et Partisans Français (FTPF) qui seront de nouveaux condamnés à morts. 11 de ces condamnés seront fusillés sur le terrain du Bêle, le 25 août 1943.

Le FTP était le mouvement de résistance intérieure crée en 1941 par le parti communiste. D’abord réservés aux membres du partis, le mouvement s’ouvre à tous les résistants qui souhaitent s’engager en 1942. Le premier février 1944, le FTP fusionne avec l’Armée secrète (AS) et l’organisation de résistance de l’armée pour former les Forces Françaises de l’Intérieures (FFI).

S. El Haïry sur le site de l'ANContactWebTVFacebookTwitter